Aller au contenu principal
Présences Grenoble
Ils font l'actu — Le 6 mars 2019

STMicroelectronics affirme son leadership

Tiré par les marchés de l’automobile, de l’industrie, des appareils mobiles et des infrastructures de communication, STMicroelectronics renoue avec une croissance solide. Les ambitions sont celles d’un leader du secteur, comme le confirme Jean-Marc Chéry, president et CEO du groupe.

Jean-Marc Chéry, president et CEO de STMicroelectronics
© F. Ardito

Le groupe vient d’enchaîner deux années de forte croissance (+15,8% en 2018, +19,7% en 2017), avec amélioration significative de la profitabilité. Quelle analyse porter sur ces résultats ?

La stratégie mise en place en 2013, accélérée en 2016, porte ses fruits : STMicroelectronics redevient le numéro un européen des semi-conducteurs. Il entre dans la liste des cinq ou six premiers fabricants mondiaux, hors fabricants de mémoires. Le groupe a connu un creux d’activité dans les années 2010, dû aux difficultés d’un client avec lequel ST avait une forte exposition, et à un portefeuille de produits très large. Nous avons rationalisé notre offre et porté nos efforts là où nous pouvions affirmer un leadership. STMicroelectronics présente aujourd’hui un profil diversifié et équilibré : il fournit quatre grands marchés et 100 000 clients dans le monde, avec une position de leader sur des applications clés. Nous sommes actuellement confiants dans notre capacité à croître 1,5 fois plus vite que nos marchés.

Précisément, comment évoluent vos quatre grands marchés ?

Dans l’automobile, les volumes de véhicules produits sont stagnants ou en faible progression, mais certaines applications connaissent une forte croissance, liée à l’électrification des véhicules d’une part, et aux véhicules autonomes et connectés d’autre part. Pour ne prendre qu’un exemple, la courbe d’évolution des volumes de véhicules électriques, en pleine ascension, pourrait croiser celle des véhicules thermiques dès 2025. Quant aux véhicules autonomes, ceux de niveau 3 d’autonomie (sur une échelle de 5), capables de rouler (sous certaines conditions) sans l’intervention d’un conducteur sur une autoroute et en sécurité active en ville, concerneront à terme l’essentiel des flottes mises sur le marché. Or, si une voiture d’aujourd’hui embarque pour environ 350 $ de composants électroniques, un véhicule électrique hybride en consomme pour près de 500 $, un véhicule complètement électrique 900 $, et un véhicule autonome de niveau 2 ou 3 près de 1000 $ ! Nous avons ici la volonté d’être un fournisseur leader, avec une approche globale reposant sur un portefeuille de technologies différenciées, grâce à des produits avancés d’aide à la conduite, des technologies de vision, de radar, d’imagerie, de détection, d’éclairage...

L’évolution est similaire dans l’Internet des objets. L’industrie migre vers les usines de fabrication 4.0, avec des process plus maîtrisés, automatisés, robotisés et économes en énergie, grâce à un large éventail de composants : microcontrôleurs, capteurs, commandes de moteur, modules sans fil...Quant aux produits électroniques personnels comme les smartphones ou les PC, ils entrent dans un cycle de renouvellement marqué par une stagnation des volumes. Mais les perspectives autour de la réalité augmentée ou virtuelle, alimentée par l’avènement de la 5G, ouvrent une nouvelle ère de croissance à l’horizon 2020-2025.

Enfin, les infrastructures de communication (réseaux, datacenters...), tirés par la 5G – un sujet critique, urgent à traiter compte tenu des attentes des utilisateurs – s’accompagnent d’un corollaire : l’explosion des données à stocker, acheminer, analyser, sécuriser...

Sur ces deux derniers marchés, nous avons une stratégie plus sélective, en retenant les produits les plus prometteurs pour le groupe.

Quel est le sens des annonces faites tout dernièrement concernant la technologie carbure de silicium ?

L’acquisition d’une participation majoritaire au capital du suédois Norstel AB, spinoff de l’université de Linköping, et l’accord signé avec le fabricant américain Cree, marquent notre volonté d’investir fortement cette filière. La technologie carbure de silicium connaît une très forte croissance et elle est cruciale pour fournir demain des composants de puissance nécessaires aux véhicules électriques et à l’industrie. Aujourd’hui presque marginal à l’échelle des semi-conducteurs, ce marché atteindra très vite 3 Md$ en 2025 ! Nous avons su anticiper, en travaillant depuis quelques années sur le sujet, et en convaincant un fabricant de véhicules électriques de l’intérêt de cette technologie. Elle est maintenant validée. Nous visons là encore une position de leader, avec l’objectif de représenter 30% du marché.

Quelle est la stratégie industrielle du groupe en région grenobloise ?

Grenoble et Crolles présentent les caractéristiques d’intervenir sur toutes les technologies du groupe, et de fournir des solutions pour nos quatre marchés. À Crolles, STMicroelectronics a encore la capacité d’accroître la fabrication en 300 mm dans son infrastructure actuelle, avec le potentiel de réaliser une extension dans un horizon compris entre 3 et 10 ans, en fonction de nos besoins. Notre choix est clairement d’intensifier notre puissance industrielle et de faire croître nos propres usines, là où c’est possible. Depuis 20 ans, la désindustrialisation de la France s’est accompagnée d’une perte de compétences, et nous peinons à trouver localement les techniciens dont nous avons besoin. Cette problématique est partagée en Italie, notre autre pays d’origine. C’est la raison pour laquelle le groupe participe à l’étape du French Fab tour, ce 14 mars, à Grenoble. Nous voulons contribuer à montrer aux jeunes toutes les facettes de l’industrie, et à réenclencher une dynamique industrielle en France.
E. Ballery

Infos clés

  • Activité : Conception, fabrication de semi-conducteurs et de circuits intégrés, couvrant toute la gamme des applications électroniques
  • Implantation : Siège à Genève, 11 grands sites de fabrication dans le monde (dont Crolles, Rousset et Tours, en France, Agrate Brianza et Catane, en Italie)
  • Effectif total : 46 000 (dont 7 400 en R&D et conception) 
  • Effectif en région grenobloise : 6 000 emplois directs
  • Recrutements 2018 en France : 200 ingénieurs, 200 opérateurs et techniciens, 650 contrats jeunes (dont 250 alternants et 40 VIE)
  • CA 2018 : 9,66 M$ (+15,8 % par rapport à 2017)
  • Investissement en R&D : plus de 15 % du chiffre d’affaires

A savoir

  • STMicroelectronics réalise 60 % de sa production en France et en Italie, et 95% de ses ventes dans le reste du monde

Commentaires

Ajouter un commentaire

Langue
La langue du commentaire.
Votre commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang class title aria-label> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id> <span class> <div class>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
Email
Merci de saisir votre adresse email
Nom
Merci de saisir votre nom

A lire aussi

Suivez-nous

Abonnez-vous

Abonnez-vous à nos newsletters S'abonner