Aller au contenu principal
Services — Le 12 septembre 2017

Sociétés de service : de vrais partenaires stratégiques

© Adobestock

L’ingénierie au service de la logistique… et des clients finaux !

“Je compare mon métier à celui de chef d’orchestre. Il faut coordonner tous les acteurs de la supply chain pour livrer en temps et en heure”, commente Gilbert Garcia, PDG de KLS Logistic Systems (Meylan, 38 salariés, CA 2016 : 3,5 M€). “L’ingénierie, l’optimisation, l’ordonnancement dynamique des commandes, tout cela concourt à la satisfaction de nos clients.” Avec le développement de l’e-commerce, le monde de la logistique a révolutionné son approche métier. Le secteur est désormais centré sur le consommateur, et non plus sur la production. L’automatisation et la robotique ont conquis les sites de stockage pour répondre aux attentes d’un client toujours plus exigeant et infidèle. C’est aujourd’hui l’intelligence artificielle (IA) qui y fait une entrée fracassante. Ainsi, chez KLS Logistic Systems, 8 % du chiffre d’affaires est investi en R&D. En collaboration avec l’Institut national polytechnique (INP) de Grenoble, le programme SCOP a été développé et intégré aux automates de préparation. Il permet d’intégrer en temps réel l’arrivée des commandes tout au long de la journée. Autre partenariat, celui avec l’École nationale supérieure en systèmes avancés et réseaux (ENSSAR) de Valence. Un prototype de lunettes connectées permet aux préparateurs de commande d’être guidés dans l’entrepôt et d’obtenir toutes les informations nécessaires. La phase d’essai de ce concept est actuellement en cours avant son industrialisation, probablement en 2018.
Autre évolution dans les métiers de la logistique : le facility management. Serge Pommelet, PDG d’ECTRA (Saint-Ismier, 95 salariés, CA 2016 : 11,5 M€) le constate : “Certaines missions confiées par les clients sont en bordure de leur métier et du nôtre. Ainsi, nous avons récemment prémonté et paramétré une tablette numérique pour l’un de nos clients dans le secteur médical.” L’entreprise entre alors directement dans le processus industriel de son client. Les entrepôts deviennent les lieux d’activités à valeur ajoutée. Mais le cœur de métier d’ECTRA reste la logistique. Et l’une des batailles les plus difficiles à gagner dans le secteur est celle du dernier kilomètre. Densité du bâti, réglementations strictes, compétition foncière… les problématiques autour de la proximité du logisticien et du consommateur final sont nombreuses. Une double logique est souvent mise en oeuvre pour répondre à ces exigences : multiplier les entrepôts à taille humaine, au plus près des demandes, et développer un entrepôt central à la pointe de l’innovation et de l’automatisation. C’est d’ailleurs ce choix qu’a opéré ECTRA. Forte de ses sept entrepôts de proximité (Crolles, Annecy, Froges, Saint-Martin-d’Hères, Saint-Martin-le-Vinoux, Moirans, Saint-Clair-du-Rhône), l’entreprise a investi près de 10 M€ dans la construction d’un bâtiment à Crolles, proche de ses clients de la vallée du Grésivaudan et de l’agglomération grenobloise.

Co-développement : le nouveau mot d’ordre du secteur informatique

Pour être au cœur des besoins de leurs clients, les éditeurs de logiciels déploient deux types de stratégies : co-construction et proximité géographique. Ainsi, Hardis Group (Seyssinet-Pariset, 850 collaborateurs, CA : 83,3 M€) annonce la création d’une filiale en Espagne qui commercialisera et déploiera la suite Reflex de gestion logistique des entrepôts et magasins en Espagne et au Portugal. Son logiciel de gestion d’entrepôts est déjà utilisé dans une vingtaine de pays dans le monde. “Plusieurs dizaines d’activités clients sont d’ores et déjà gérées avec Reflex en Espagne, notre plateforme de développement Adelia y est commercialisée depuis 15 ans. Le marché est extrêmement dynamique et nous comptons, à terme, développer d’autres activités autour de la digitalisation de la supply chain et de la plateforme CRM Salesforce”, explique Yvan Coutaz, directeur général adjoint de Hardis Group. Cette implantation marque une nouvelle étape du développement à l’international du groupe, en vue d’atteindre son objectif de devenir un des leaders européens sur ce marché. Chez Silverpeas, spécialiste dans l’édition de logiciels (Grenoble, 10 collaborateurs, CA : 600 k€) le choix s’est porté sur le développement d’une plateforme collaborative. “Notre philosophie reste la même depuis la création de l’entreprise en 2003 : nous croyons en l’efficacité du travail collaboratif, affirme Nicolas Eysseris, responsable produit. Nous voulons faciliter la communication et la collaboration de nos utilisateurs.” Le principe fondateur de la plateforme : donner accès à l’information à l’ensemble des collaborateurs afin de gommer les disparités et de créer une vraie culture d’entreprise partagée par tous. L’outil intranet open source de Silverpeas évolue en permanence grâce aux retours des clients. Près de 80 % des innovations intégrées au logiciel sont ainsi guidées par les utilisateurs. À l’automne prochain, des services synchrones seront aussi mis en ligne. Ils permettront aux collaborateurs de dialoguer en temps réel via échanges de messages ou visioconférences. L’entreprise compte aujourd’hui 70 clients francophones, dont de nombreuses communautés de communes et le groupe Michelin.

L’homme au cœur des process

“Les pratiques entrepreneuriales de demain seront focalisées sur l’agilité et en mode projet”, constate Jérôme Barrand, créateur avec Jocelyne Deglaine d’Agil OA, experts en agilité et accompagnement des transformations, membres de l’Institut d’agilité des organisations de GEM (Grenoble, CA 2016 : 430 k€). Quels que soient les métiers, et encore plus pour les services aux entreprises, l’agilité devient la nouvelle valeur phare. “L’entreprise doit sortir de son fonctionnement traditionnel en silo fermé”, poursuit Jérôme Barrand. Les unités autonomes de production (UAP) sont plus performantes et innovantes. L’intelligence collective est essentielle. L’excellence des comportements a désormais plus d’impact dans l’entreprise que l’expertise technique. Agil OA accompagne les entreprises sur les piliers de l’agilité : anticipation, coopération et innovation. Grâce à l’outil Agil Profil, la capacité d’action d’un individu au sein d’une équipe est identifiée, chacun pouvant ainsi trouver sa juste place. Le challenge des professionnels RH est aujourd’hui celui-là : construire une équipe cohérente, efficace et innovante. Et cela a des répercussions directes sur les processus de recrutement, qui changent radicalement.. Le fonctionnement compartimenté – une personne pour un poste – ne correspond plus aux besoins des entreprises. Les recruteurs prennent désormais en compte l’environnement global et l’ensemble des problématiques d’une entreprise pour trouver le bon profil. C’est autour de cette logique que Néo Jobs, cabinet de recrutement grenoblois (4 salariés) base son approche. Hugo Avale et Margaux Raab proposent des recrutements décalés pour attirer la génération Y. Concours, défis, selfies, entretien à l’aveugle, l’imagination est à l‘honneur. “Nous proposons une expérience au candidat”, souligne Hugo Avale. Sorti de sa zone de confort, il se retrouve en mode collaboration pour répondre à une problématique donnée, toujours dans la bonne humeur. Ces expériences permettent de déterminer la capacité d’adaptation des futurs collaborateurs. Le jeu permet une immersion et une implication rapides. Neo Jobs fait partie du réseau Manethic. “Ce réseau regroupe des experts indépendants RH aux compétences complémentaires. Nous pouvons ainsi orienter l’entreprise cliente vers le professionnel le plus adapté à ses besoins.”

Des services facilitateurs d’interaction

Les mécaniques d’une équipe sont subtiles et leur compréhension indispensable. Spécialiste du management de transition, CAIRN Experts (Montbonnot, 3,5 M€ de CA) dispose d’un vivier de 2 500 cadres et dirigeants pour accompagner les changements. CAIRN Experts est n° 1 dans son domaine sur le sillon alpin. Gestion de crises, restructuration, changement stratégique, ces projets complexes nécessitent une expertise technique sans faille, mais surtout une capacité d’adaptation à toute épreuve. Pour Stéphane Valet, son fondateur, la compétence essentielle du manager de transition est sa capacité à mobiliser les équipes immédiatement. Ils interviennent sur des missions de sept à huit mois en immersion totale. “Comme il n’y a pas d’enjeu de pouvoir pour les managers de transition, les changements sont acceptés plus rapidement par les équipes en place. La communication est essentielle, la transparence également.” L’adhésion au changement est le premier facteur clé de réussite. Sans cette synergie humaine, l’opérationnalité des changements est souvent inefficiente. “La nécessité d’agir en interaction transforme de façon profonde l’organisation des activités économiques. Face aux multiples problématiques auxquelles doivent répondre les entreprises, la réponse collective est souvent la meilleure !” conclut Renaud Cornu Emieux.
E. Barré

Le secteur des services en région grenobloise en quelques chiffres

54,6 % des emplois salariés
127 142 emplois
60 % des établissements
14 % des emplois dans les secteurs de la R&D scientifique et du développement informatique (6 % au niveau régional)

Commentaires

Ajouter un commentaire

Language
La langue du commentaire.
Votre commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang class title aria-label> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id> <span class> <div class>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
Email
Merci de saisir votre adresse email
Nom
Merci de saisir votre nom

A lire aussi

Suivez-nous

Abonnez-vous

Abonnez-vous à nos newsletters S'abonner